Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actions Grandvertoises Initiatives et Renouveau

Actions Grandvertoises Initiatives et Renouveau

Le courage de dire, la volonté AGIR Défendre les intérêts des habitants de Vert-le-Grand et promouvoir la démocratie participative dans la commune. Ouverte à toute personne résidant à Vert-le-Grand ou pouvant y justifier d'une attache, sans distinction de sexe, de race, de religion, de philosophie ou d'appartenance politique.


Qui Jean-Claude QUINTARD, maire de Vert-le-Grand, veut-il défier ?

Publié par le bureau AGIR ensemble pour Vert-le-Grand sur 4 Décembre 2009, 21:08pm

Catégories : #AGIR Vigilance Citoyenne

Actions Granvertoises Initiatives et Renouveau
 Non au bétonnage du village!

VERT-LE-GRAND
LES ELUS DE L'ADIC HORS LA LOI !
 


Qui Jean-Claude QUINTARD, maire de Vert-le-Grand, veut-il défier ?

 
Le préfet de l'Essonne lui a imposé la mise en place d'un panneau de "libre expression", conformément à la loi.
 
L'édile Grandvertois a décidé, par provocation, de le faire installer devant le domicile du Président de l'Association AGIR, contrevenant aux lois de l'environnement.


Depuis, on a jamais vu une telle procession de ses sbires devant ce panneau : ceci démontre bien la provocation...
 
Aujourd'hui, il refuse que ce panneau puisse porter l'expression des grandvertois en organisant, de différentes façons, l'arrachage des affiches déposées par ces derniers ou en encourageant la pose d'affiches publicitaires ne relevant pas de la libre expression dans le but de masquer l'affichage.
 
S'il ne veut aucune expression sur ce panneau, pourquoi le maire l'a t-il installé ?
A t-il peur des vérités affichées ? Visiblement, il n'a pas la conscience tranquille...

Le tribunal administratif tranchera prochainement sur la légalité et la pratique contestable des élus de l'ADIC.

Michel Burckel
 

Le tribunal administratif de Versailles à condamné la municipalité !

Le 20/12/2012 l’arrêté du maire Jean-Claude Quintard, instituant la pose du panneau a été annulé par le tribunal et la commune condamnée à verser à Stéphane HUET la somme de 300,40 €

  
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents