Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actions Grandvertoises Initiatives et Renouveau

Actions Grandvertoises Initiatives et Renouveau

Le courage de dire, la volonté AGIR Défendre les intérêts des habitants de Vert-le-Grand et promouvoir la démocratie participative dans la commune. Ouverte à toute personne résidant à Vert-le-Grand ou pouvant y justifier d'une attache, sans distinction de sexe, de race, de religion, de philosophie ou d'appartenance politique.


Décharge géante : des « nuisances réelles »

Publié par le bureau AGIR ensemble pour Vert-le-Grand sur 20 Décembre 2009, 10:32am

Catégories : #AGIR Vigilance Citoyenne


Actions Granvertoises Initiatives et Renouveau
 Non au bétonnage du village!

décharge
Décharge de Vert-le-Grand 220 000 t an
Décharge géante
à Saint-Escobille : des « nuisances réelles »

Le commissaire-enquêteur a émis un avis défavorable. Ses conclusions taclent sévèrement le projet qui prévoit le stockage de 150 000 t de déchets par an.

Le projet de décharge géante à Saint-Escobille comporte des « risques de contamination de la nappe phréatique » et « de détérioration de la santé publique ».
Quant à l’étude qui a mené à choisir ce coin de Beauce, elle peut être « accusée de manquer d’impartialité ».
Ce n’est pas un opposant qui l’affirme mais un commissaire-enquêteur, choisi pour son indépendance.
Il l’écrit noir sur blanc dans les conclusions d’une récente
enquête publique, un document finalisé hier et que « le Parisien » s’est procuré.
A Saint-Escobille, Sita-
Suez veut implanter une « installation de stockage de déchets non dangereux », soit 150 000 t de déchets par an, sur dix ans.
L’opération, voulue par la préfecture, fédère contre elle l’ensemble des élus locaux. Du 5 octobre au 5 novembre, une enquête publique a porté sur la modification du plan d’occupation des sols (POS), imposée à la commune par l’Etat. Il faut rendre un champ constructible pour y construire la mégadécharge.

L’Elysée n’a pas souhaité commenter la « réunion de travail »


Au total, 1 354 observations, toutes opposées au projet, ont été portées sur les registres. A cela s’ajoutent deux pétitions regroupant 1 598 signatures et 180 courriers. Parmi ces lettres, seuls deux sont en faveur de l’équipement : celle de la chambre de commerce et d’industrie de l’Essonne et celle de Sita.
Au final, le commissaire-enquêteur donne un « avis défavorable » à la modification du POS et avance dix raisons.
Le projet « n’est pas urgent », attaque-t-il. « Les capacités de stockage en Ile-de-France ne seront pas utilisées avant dix ans. »
Le commissaire-enquêteur pointe les pollutions : « Les nuisances olfactives et sonores seront réelles », « les risques de contamination de la nappe phréatique ne sont pas nuls », « le risque de détérioration pour la santé
publique mérite également d’être analysé ». Financièrement, le site va compromettre les productions agricoles alentour, la valeur des terres et des biens immobiliers « mais aucune indemnisation (…) n’a été envisagée ». Au passage, il rappelle que doubler la surface urbanisable d’une commune ne peut se faire dans le cadre d’une révision simplifiée du POS. Il estime même que le dossier « ne résistera pas à un éventuel recours contentieux ».
Il ne s’agit que d’un avis, non contraignant. Mais il apporte de l’eau au moulin des opposants. Dès hier, une copie du texte a été remise à l’Elysée par le sénateur UMP Serge Dassault et le député-maire UMP d’Etampes Franck Marlin.
Reçus par Claude Guéant, le secrétaire général de l’Elysée, ils venaient demander le retrait de trois projets sur le Sud-Essonne : la décharge de Saint-Escobille, l’extension du stockage d’hydrocarbures à Cerny et le relèvement du couloir aérien. « Il nous a entendus », assurait hier Franck Marlin, ravi : « Il nous a dit : Je vois comme juridiquement je peux annuler les choses . » L’Elysée n’a pas souhaité commenter hier cette « réunion de travail ».
Sollicitée en fin d’après-midi, la préfecture de l’Essonne n’a pas fait part de sa réaction hier. Sita-Suez s’est pour l’instant refusé à tout commentaire. Prochaine étape : la publication, imminente, des conclusions d’une
seconde enquête publique, portant cette fois sur la bande de terre gelée autour du site.


Lu pour vous
Article le Parisien
Benjamin JEROME le 19-12-2009


http://agirensemble.over-blog.com/article-vert-le-grand-decharge-geante-des-nuisances-reelles-seulement-saint-escobille--41513329.html
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents